Faire sortir la beauté qu'il y a en nous c'est le travail de Munnawar, maquilleur professionnel.

C'est avec passion qu'il a bien voulu répondre à quelques-unes de nos questions pour nous permettre d'en savoir plus sur ce métier de haute précision.

Indiya : Bonjour Munawar! Ça va?
Munawwar : Ça va merci et toi?

I : Qui es-tu? Ton "enfance" était comment ? On veut en savoir plus sur toi?
M : Je m'appelle Munnawar, j'ai 25 ans, je suis français né de parents mauriciens, j'ai grandi en France, en région parisienne. Je suis l'ainé de la famille, j'ai un petit frère et une petite soeur.
J'ai eu une enfance assez compliqué, dans le sens où j'étais un garçon atypique pour mon style et je me faisais souvent piquer là-dessus. J’ai eu du mal aussi à m'accepter sur ma façon d'être et mon physique aussi. Et en grandissant, ça ne s'est pas forcement arrangé, j'étais quelqu'un de très réservé , dans ma coquille et j'avais du mal à faire confiance aux gens. J’étais attiré naturellement par l’art, j'ai fait 7 ans de théâtre, et de danse, je me suis intéressé au mannequin très jeune. Vu que j'avais un manque de confiance en moi, ça m'a beaucoup aidé. C'est venu de moi tout seul, j'ai toujours été attiré par l'univers des strass et paillettes, et je me disais pourquoi pas moi, j'aimerai bien en faire partie aussi, et voilà (rires) ! De me voir en photo et de me dire que je suis beau, c'est trop bien, que ma famille voit une fierté. Du coup, je me suis inscrit à des castings, et je suis tombé par hasard dans un salon du mariage où j'avais été le présentateur à 15 ans (rires). Et cet événement m'a permis de faire de belles rencontres qui m'ont emmené aujourd'hui dans ce milieu artistique. J'ai rencontré ce jour-là deux personnes, deux coiffeuses, une qui était très spécialisé mariages orientales, et l'autre mariages occidentales. Et en restant en contact avec elles, j'ai pu postulé pour des stages en maquillage et coiffure, et j'ai été pris (rires). J'ai commencé à faire des shootings en étant apprenti : je faisais des boucles, le teint, etc.
En parallèle j'ai eu mon bac, mais je me faisais beaucoup "charrier" parce que j'aimais le maquillage mais bon ça va c'était mignon. Après je ne m'en cachais pas, je parlais beaucoup de ma passion, j'ai toujours fait des stages dans le secteur de la beauté. Le week-end, à côté de mon travail, je continuais mes services de maquillage et ça m'a permis de me faire une clientèle fidèle et un réseau.
Janvier 2020 = confinement... du coup licenciement économique, et il a fallu que je me réinvente on va dire. Je me suis dit pourquoi pas lancer mon business à l'Île Maurice ?!
J'ai un attachement à ma culture assez forte, j'y retourne tous les 2 ans, et j'ai ma famille là-bas. Je suis attaché à la maison de ma grand-mère, et à chaque fois que je vais là-bas, je me ressource. Et je me suis dit, étant français mais aussi mauricien, c'est une force... cette double culture, de connaître la langue, d'être à l'aise avec mes origines, ma culture, les traditions etc. Je voulais ramener cette French Touch là bas que j'avais en moi, j'ai toujours eu une âme de leader, et je ne sais pas de qui je tiens ça vraiment (rires). Peut être ma Mémé, ce n'est pas ma grand-mère (rires) mais ma voisine, elle m'a quasiment élevé quand j'était petit, je passais mes journées chez elle, et d'avoir grandit dans un cercle hyper affectueux, et motivant, parce qu'elle me disait toujours que j'étais doué, ça m'a aidé. 
Et donc pour revenir au business, mon projet est de lancer un business à l’île Maurice. J’ai toujours adoré les mariages, j'ai aidé toutes mes cousines sur l'organisation de leurs mariages. Ce que je veux, c'est de pouvoir proposer des choses différentes.

I : Qu'est-ce qui a déclenché en toi l'envie de faire un jour du maquillage?
M :  J'ai fait 2 ans en agence de mannequin, et j'ai toujours adoré ce côté maquillage, d'avoir pleins de pinceaux, de belles palettes, pour moi ce sont des artistes, et ayant toujours aimé l'art plastique, le dessin etc, le maquillage a été quelque chose d'un peu inné tu vois. Je me suis tenté à maquiller quand j'en ai eu l'opportunité, je me servais aussi de ma soeur et de mes cousines comme tête-à-coiffer (rires), j'ai commencé avec deux trois pinceaux, et voilà de fil en aiguille j'y ai pris goût. Et grâce à ma mère, j'ai eu une première mariée à maquiller à l'âge de 19 ans, le premier maquillage officiel, c'est toujours quelque chose !! Mais je stressais, c'est une grosse responsabilité. Du coup on a fait des essais, et ça lui a plu. Je l'ai accompagné durant toute sa journée, pour son mariage civil et religieux, c'était une indienne-mauricienne, une superbe journée, un super souvenir !!!! Et de là, j'ai continué. 
Des fois j'ai eu pleins de doutes, je le suis remis en question sur mes capacités et mes connaissances en me comparant aux autres maquilleurs / maquilleuses. Mais ces moments de doutes passent généralement très vite (rires) !

I : Comment devient-on maquilleur professionnel? Y-a-t-il des écoles ou des formations spécifiques ou apprend-t-on plutôt sur le terrain?
M : Avant tout le métier de maquiller c'est une envie, c'est quelque chose qui nous attire et on s'intéresse. Il y a deux choix :
Soit on devient maquilleur en faisant une école de maquillage et c'est top !! Ça va vous permettre d'ouvrir pleins de portes, parce qu'on fait des stages, on rencontre du monde, on a des prix préférentiels, etc. Ou soit comme moi, on apprends sur le terrain : il y a YouTube, les réseaux sociaux, et faut savoir devellopé son univers, ensuite c'est parti. À nous de créer notre business.
Mais pour moi, faire une école ce n'est pas nécessaire, par contre être passionné c'est obligatoire (rires) ! Moi je suis très fier de ce que je fais.

I : Il y a beaucoup de femmes qui exerce ce métier, comment te différencies-tu? 

M : Déjà parce que je suis un homme, c'est une force je trouve selon moi. Certains sont réticents que je sois un homme, et d'autres préfèrent : ils trouvent qu'un homme fassent ce métier c'est valorisant.
Après, je ne me mets pas forcément en avant et ce n’est que récemment que j'ai posté des photos de moi sur les réseaux et j'ai eu des bons retours énormément.

I : Quelles sont les expériences qui t’ont le plus marquées et pourquoi?

M : J'en ai pas une en particulier. J'ai la chance d'avoir un métier qui me fait beaucoup voyager sur Paris, et des fois je me retrouve dans des lieux sublimes, des hôtels, des châteaux, des palaces. On a accès à des parties privées, des backstages. Ce qui reste mémorable pour moi ce sont mes mariées, mais vraiment toutes ! Et surtout le "Merci" que j'ai à la fin, j'adore !! Pour moi ce sont les plus belles expériences, et ce qui est fou c'est ce que ce sont des personnes que je ne connais pas, et elles sont tellement reconnaissantes.

I : Le métier de maquilleur est un métier très répandu, utilisé dans de nombreuses disciplines artistiques comme la télé, le cinéma, le théâtre, la photographie etc... Et pourtant c'est une forme d'art dont on ne parle pratiquement jamais. Penses-tu que ton métier soit mal considéré?
M : Oui c'est très mal considéré. Déjà en France, le métier de maquilleur professionnel n'est pas reconnu, il n'y a pas de diplôme mais que des certificats, mais tu ne peux pas être diplômé de l'État. Pour moi c'est un vrai métier, parce qu'on en a besoin tout le temps, comme tu dis au cinéma, à la télé, etc etc. C’est omniprésent ! Une présentatrice n’acceptera jamais de faire une émission sans un maquilleur/se, c'est hors de question !! Alors pourquoi le coiffeur aurait le droit à cette reconnaissance, et pas nous !
Mais je te parle de ça seulement en France, parce que si tu prends l'exemple des États-Unis, c'est vrai métier à part entière.
Et puis le maquillage est un art, et il y a aussi des spécialités : par exemple moi je suis maquilleur beauté pour les mariages, shootings, etc. Mais le maquillage cinéma c'est autre chose, le maquillage FX c'est autre chose, et il en existe pleins d'autres.

I : Le fait que le maquillage soit un art éphémère est-il une frustration pour toi ou au contraire une motivation?
M : Oui et non parce que le métier de maquilleur c'est un job qui évolue constamment. Après ce qui est top dans ce job, c'est qu'il n'y a pas de cadres, pas de limites, donc on peut avoir la liberté d'exprimer nos créations, notre vision, notre talent sous différentes formes. 
Et c'est une motivation, l’évolution constante des nouvelles techniques, des nouveaux produits, nous permet de ne pas nous lasser. 

I : Comment suis-tu les tendances?
M : Je les suis par rapport aux stars, mais aussi les red carpets. Un jour j'aimerai lancer une nouvelle tendance, mais pour le moment je les suis parce que pour imposer un nouveau style il faut de la notoriété. Des lèvres maquillées de couleur orange, ne fera pas le buzz avec moi, mais si c'est une star qui le porte, ce sera peut être la nouvelle tendance de l'été. 
Après je regarde au global ce qui se fait, mais il y a beaucoup d’imagination lors des shootings par exemple. J'aime bien me laisser porter par de nouvelles idées. 

I : Qui sont tes inspirations?
M : J'évite d'avoir des inspirations très hauts, parce que je trouve que ça peut devenir très frustrant. Je m'intéresse plutôt au parcours des différents maquilleurs, lire leurs histoires, etc. J'essaye de ne pas me mettre de cible, je veux être moi (rires) !!
I : Alors c'est quoi être toi?
M : C'est être ce jeune homme qui n'a pas forcément fait de grandes études, mais qui veut monter sa société, je me suis battu pour être maquilleur. 
Puis un autre genre d'inspiration : c'est ma famille. Mes choix auraient pu ne pas leur plaire, et pourtant ils sont les premiers à me soutenir. Quand je parle de famille, c'est grand (rires), mes parents, mes frères et soeurs, mes cousines, mes tantes et oncles, bref tout le monde. Ils ont toujours été là, ils sont un réel support au quotidien, ils me suivent dans tout mes délires (rires) ! Et tu sais dans ma famille je suis le "couteau suisse", parce qu'en plus du maquillage, ils font tous appels à moi pour réaliser les décos et l'organisation de leurs événements, faut savoir que j'ai une famille qui organise beaucoup de fêtes (rires). Le fait que tout ça soit lier : décos, events, maquillage etc. je me suis dit pourquoi pas en faire un TOUT ! Derrière ce projet c'est ma famille, et le fait qu'il me connaisse facilite aussi la tâche (rires) : si une déco ne me convient pas, je peux tout recommencer (rires) !
C'est comme ça que l'idée d’Event Planner m'est venu à l'idée, d'où la vidéo de lancement que j'ai mis en ligne sur Instagram. Ca été un vrai succès ! Et donc je me lance officiellement, voilà (rires) ! La page internet sera bientôt en ligne, mais vous pouvez déjà faire appel à moi !

Instagram post

Vos paramètres de cookies actuels empêchent l'affichage de contenu émanant de Instagram post. Cliquez sur “Accepter et afficher le contenu” pour afficher ce contenu et accepter la politique d'utilisation des cookies de Instagram post. Consultez la Politique de confidentialité de Instagram post pour plus d'informations. Vous pouvez retirer votre consentement à tout moment dans vos paramètres des cookies.

Accepter et afficher le contenu

I : As-tu des astuces maquillage à partager avec nous?
M : Mon petit conseil que j'adore partager, c'est de glisser deux cuillères au congélateur. Le matin au réveil, de mettre ces deux cuillères sur vos yeux pour dégonfler et améliorer la circulation sanguine afin d’éviter les grosses cernes. Et un autre tips : mettre du beurre sur les lèvres avant d'aller se coucher. Ça rend les lèvres tellement belles au réveil. Essayez, vous verrez !!!

I : Outre le maquillage, est-ce que tu as d'autres passions ?
M : Oui la déco d'évènement, mais je crois bien que c'est le mariage en général qui me passionne.
Quand j'étais jeune, je voulais faire que du maquillage, mais maintenant j'ai envie de proposer plus parce que je connais mes capacités et ce que je peux proposer.

I : Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un qui souhaiterait devenir maquilleur(se) professionnel(le)?
M : C'est la confiance en soi, et de ne pas avoir peur de se lancer. Et le second conseil, c'est de ne pas se comparer aux autres professionnels parce que chacun a sa patte et a son style, et on peut ne pas correspondre. Il faut trouver son propre style.
Beaucoup s'entrainer, investir, réaliser ses propres premiers shootings au début, et puis voilà !
J'ai eu la chance d'être entourer de personnes bienveillantes et positives aussi, choisissez votre entourage !

I : Pouvez-vous nous parler de vos projets à venir?
M : Cette année, c'est site Internet où on pourra accéder à toutes les prestations que ma société propose. Je ne suis plus seul, c'est une société, donc ça c'est une belle évolution.  Je m'occupe de la partie beauté encore, et la partie déco est réalisé par mes équipes, mais ils seront dirigés esthétiquement par moi.
Vivre de ma passion c'était un rêve pour moi, aujourd'hui j'y suis presque arrivé, il reste encore un long chemin, mais on y arrive.
J'espère que j'aurais pleins de belles futures mariées, que ce sera une belle année de lancement, je croise les doigts en tout cas.

I : Un dernier mot ?
M : Merci Indiya pour ta confiance et de m'avoir donné la parole, c'est ma première interview, et j'ai adoré !

Instagram post

Vos paramètres de cookies actuels empêchent l'affichage de contenu émanant de Instagram post. Cliquez sur “Accepter et afficher le contenu” pour afficher ce contenu et accepter la politique d'utilisation des cookies de Instagram post. Consultez la Politique de confidentialité de Instagram post pour plus d'informations. Vous pouvez retirer votre consentement à tout moment dans vos paramètres des cookies.

Accepter et afficher le contenu

Retrouvez Munnawar sur sa page Instagram : @munawwar_beauty

Crédit photo : @Leyennah_photography