Rencontre avec Jonny Emil, le fondateur de Men in Desi

Men in Desi, une marque 100% masculine, innovante, et tendance. Sa vision? Proposer des tenues de qualité, raffinées, et apporter du style exceptionnel, traditionnel, à la fois moderne adapté à chacun de ses clients. Un joli cocktail ethnique pour une jeune marque pleine d'ambition.

Indiya : Hello, comment vas-tu?

Jonny : Écoute ça va !

I : Je te laisse te présenter à nos lecteurs et lectrices?
J : Je m'appelle Jonny Emil, je suis Sri Lankais, tamoul, j'ai 29 ans, je suis marié, et je suis Store manager dans l'ameublement haut de gamme.  
Mes parents sont du Sri Lanka, et je suis né en France en région parisienne.
Je suis diplômé d'un BTS Management des unités commerciales, et fait une formation de marketing et communication. 
Depuis tout petit, j'ai toujours gardé un rapport proche avec ma culture. J'ai été danseur (rires) mais c'était il y a déjà 10 ans, on dansait en groupe avec des cousins, ça s'appelait T-Dancers Crew, on était un groupe de 10 et on réalisait des chorégraphies de la musique indienne, de très bons souvenirs.
Je suis aussi un grand voyageur, j'ai visité plus de 25 pays je crois (rires). J'adore faire la fête ou découvrir tout simplement différentes cultures. Mais j'aimerai beaucoup retourner au Sri Lanka, j'y suis déjà allé deux fois, mais j'ai une impression que mon pays me manque, comme si j'apprécierai 1000% plus aujourd'hui, peut-être que c'est ma maturité qui parle (rires). Et puis il y a un attachement obligatoire des terres tu vois. 

I : Peux-tu nous présenter Men in Desi en quelques mots?
J : C'est un détaillant qui est basé en région parisienne qui propose une large sélection de tenues indiennes traditionnelles spécialement dédiée aux hommes. C'est l'exclusivité que tu peux trouver chez moi.
Men in Desi propose aujourd'hui des vêtements type sherwanis, des kurtas, des vestes Nehru, et des accessoires tels que des bijoux mais aussi des chaussures et turbans.

I : Quand as-tu réalisé que tu voulais lancé ta marque de vêtement? D’où t'es venue l’idée de créer une marque de vêtements? Quel a été le cheminement?
J : C'était le premier confinement en 2019, j'avais envie de me lancer dans un business. Depuis tout petit, j'ai toujours adoré la mode, je suis de prés les tendances, et même quand j'étais jeune je passais beaucoup de temps dans les magasins de vêtements pour me trouver des tenues parfaites. Donc j'ai toujours été attiré par ça : la mode, l'habillement, le textile.
En faisant mes recherches de business, il y avait une chose que je voulais absolument : c'était allié mes deux cultures. Du coup Mode + Double culture, c'était bien sûr les vêtements indiens.
Mais il fallait que je me différencie. En France il y a beaucoup de prestataires dans ce milieu, ils vendent principalement pour femmes ou font les deux : hommes et femmes. Il n'y a pas de marques références masculines ici. C'est comme ça que l'idée de Men in Desi m'est venue. Heureusement que ma femme a été là, elle a été un réel soutien, une source de motivation, un réel appui au quotidien dans ce lancement de projet. Peut-être que sans elle, je n'aurais pas lancé cette marque.
J'ai commencé par trouver des fournisseurs grâce à mon cousin qui avait des relations dans le Nord de l'Inde, et c'est comme ça que de fil en aiguille on a réussi à travailler ensemble. La marque s'est lancé principalement sur les réseaux, j'ai commencé par Instagram.
Instagram c'était un gros enjeu, parce que je voulais quelque chose de très professionnel. Je suis quelqu'un de très pointilleux, perfectionniste, mes proches pourront te le dire, je peux regarder une photo pendant très longtemps pour scruter le moindre détail (rires). C'est pourquoi la phase préparation à demander du temps, notamment pour la partie shooting.
Le premier confinement c'était la phase réflexion, deuxième confinement je préparais mon premier shoot. Cela a été assez rapide finalement en y repensant !
I : Et le nom de ta marque?
J : J'ai mis beaucoup de temps à le choisir. Men in Desi s'est arrivé comme ça, à la base je pensais que ça existait déjà. Je voulais une appellation un peu moderne et classe. Durant ma réflexion, j'avais pensé à Men in Black, et du coup pourquoi par Men in Desi?

I : Comment se passe le processus de production? As-tu ton propre atelier ou tu sous-traites la majorité de tes créations? 

J : J'ai une première partie, je suis détaillant. Donc souvent mes clients prennent contact avec moi sur les réseaux sociaux, on échange dans un premier par téléphone sur leurs attentes, leurs critères ; par la suite si le client choisit du sur-mesure nous pouvons nous rencontrer pour la prise des mesures. Je leur propose ensuite différentes tenues sous forme de catalogue, des vêtements qui sont préalablement confectionnés. Selon l'attente du client et de sa demande, je fais appel à mes différents fournisseurs pour commander la tenue. 
Je n'ai pas d'atelier encore dédié à la marque, j'espère bientôt. 
Mais depuis peu, j'ai un artisan qui réalise des tenues exclusives pour Men in Desi, avec qui je travaille sur la partie sur-mesure. Il s'agit de la deuxième partie, j'essaye de toucher à la création petit à petit. Toutes les tenues sont préalablement choisis par moi, par exemple les tissus, les motifs, les matières, les couleurs, etc. Et il réalise mes demandes à distances. 

I : Quelles ont été tes inspirations dans l’élaboration de la marque? 

J : Mes inspirations sur la partie entrepreneuriat, c'est mon oncle. Il s'est lancé il y a quelques années, et aujourd'hui il est, je crois le n°1 sur Paris sur la partie événementielle.
Concernant la marque en elle-même, je m'inspire beaucoup de marques telles que Kalyanam Paris, ce sont des entrepreneurs qui m'inspirent beaucoup, j'aime leurs professionnalismes. Il y a encore Singarajah UK, une marque équivalente à la mienne mais qui se trouve à Londres, c'est une inspiration.

I : Quelle est ta signature?
J : (Rires), ma signature, c'est le fait que Men in Desi soit une marque 100% homme. Cela permet d'avoir un large choix au niveau des tenues mais aussi des accessoires.

I : Tu présentes aujourd’hui une quatrième collection. Quelle différence majeure pouvons-nous trouver entre cette collection et la précédente, que ce soit au niveau du design ou de l’état d’esprit?
J : Pour te dire la vérité, cette collection est la vraie première collection. Les précédentes étaient des collections capsules, voire test, une manière de se faire connaître et de montrer ce que nous proposions. La prise de risque était minime, les designs étaient assez simplistes, du basique on va dire.
Cette nouvelle collection est bien plus travaillée, j'ai mis plus de temps à la concevoir. J'avais envie de proposer des tenues un peu haut de gamme et moderne, même en matière de couleur, il y a de la qualité. Les tenues de cette nouvelle collection sont complètes : je propose le grand châle qui donne tout de suite une belle allure, des bijoux de qualité, etc. J'ai hâte de partager tout ça bientôt.

I : À l’heure actuelle on peut dire que ta pièce phare reste le sherwani. As-tu vocation à bosser sur d’autres types de vêtements dans le futur?
J : C'est vrai que l'on me demande beaucoup des vettis par exemple. Mais je voudrais rester focus sur mon produit phare le sherwani. Tu sais déjà les sherwanis en France ne se vendaient pas beaucoup. À l'époque, c'était plutôt les kurtas, ou un costume traditionnel. La tendance autour des sherwanis est arrivé en France récemment, ça reste des tenues du Nord de l'Inde.
Et puis me connaissant, si jamais je décide de proposer des vettis, j'aimerais proposer quelque chose de différent, avec un design travaillé, et cela prend bien de temps.
Ça reste en cours de réflexion.

I : Depuis ces dernières années, les marques d’habillement féminins se multiplient. Ca n’a pas été le cas du coté des hommes pourquoi?
J : Justement c'est la question que je me suis posé (rires), je pense qu'il y a une réticence  chez les hommes à se lancer dans l'habillement traditionnel. Peut-être que c'est plus facile de se lancer dans d'autres secteurs.
Je ne l'explique pas, mais j'encourage. C'est un secteur ouvert à tous.
Moi ce que je veux aujourd'hui, c'est qu'on ait plus besoin d'acheter à l'aveugle sur internet, ou d'aller à Londres pour les achats de tenues traditionnelles. 

I : Les hommes portent-il plus d’importance à leurs allures de nos jours qu’il y a quelques années?
J : Oui clairement, les mentalités changent beaucoup. La nouvelle génération est en demande, je pense qu'à force de côtoyer les marques d'ici, la mode, les tendances, ils ont envie aussi d'être beau le jour de leur mariage ou d'autres événements. Les réseaux sociaux ont permis aussi une plus grande visibilité sur ce qui se fait par exemple en Inde par les grands couturiers, etc. Les hommes prennent soins d'eux, niveaux vestimentaires mais pas que, c'est aussi niveau esthétique, les soins beauté, les accessoires, etc.
Les nouvelles collections des sherwanis que l'on voit je pense que c'est un équilibre entre souvent deux cultures.  Je pense que c'est un tout, et ce n'est que le début (rires).
Je vais t'avouer quelque chose, mes clients sont en fait des clientes (rires), tu sais la plupart du temps ce sont les femmes qui prennent le premier contact avec moi pour leurs conjoints.
I : Ah oui?
J : Et oui, je trouve ça dommage que ce ne soit pas l'homme qui fasse le premier pas. Mais peut-être que ce sont les femmes qui décident les tenues (rires)...

I : Quels sont tes objectifs de long terme avec Men in Desi? 

J : Pour les 1 an de la marque, le challenge était de lancer ma propre collection. Aujourd'hui il est validé. Sur le court terme, je développe mon site internet, et j'aimerai beaucoup réaliser des pop-up store. Sur le long terme ouvrir mon propre showroom. 
D'ailleurs j'ai une belle nouvelle à vous partager, le site internet sera en ligne le 18 mars, donc soyez au rendez-vous !

I : Qui est ton modèles et source d’inspiration ?
J : Il y a un styliste que j'aime beaucoup c'est Mohsin Naveed Ranjha, il est pakistanais et j'adore ces créations. Ça m'inspire énormément, il m'a beaucoup donner envie de me lancer.

I  : Peut-on d’ores et déjà acheter ta collection? Si oui, où?
J : Oui c'est disponible depuis 1 mois, vous pouvez me contacter directement sur les réseaux sociaux, et bientôt sur le site internet.

I : Un dernier mot ?
J : J'aimerais inspirer d'autres à se lancer dans ce qu'il aime. Il faut prendre le risque.
J'ai un dernier mot : pour lancer ma marque j'ai fait appel à d'autres marques, à des mannequins, des prestataires tels que des photographes et vidéastes, des makeup artistes, et plein d'autres, c'est aussi grâce à eux que je me suis fait connaître. J'ai eu beaucoup de soutien de leurs parts mais aussi de la part de mon entourage, et de ma communauté sur les réseaux sociaux.
I : On les remercient ?
J : On les remercient infiniment !! (Rires).

NEW - Retrouvez le site internet de Men in Desi à partir du 18 mars

YouTube

Vos paramètres de cookies actuels empêchent l'affichage de contenu émanant de YouTube. Cliquez sur “Accepter et afficher le contenu” pour afficher ce contenu et accepter la politique d'utilisation des cookies de YouTube. Consultez la Politique de confidentialité de YouTube pour plus d'informations. Vous pouvez retirer votre consentement à tout moment dans vos paramètres des cookies.

Accepter et afficher le contenu

Retrouvez Jonny Emil sur l'Instagram de sa marque Men in Desi : @menindesi

Crédit photo : @florianterry_ , @ewn_pictures, Vicky

Instagram post

Vos paramètres de cookies actuels empêchent l'affichage de contenu émanant de Instagram post. Cliquez sur “Accepter et afficher le contenu” pour afficher ce contenu et accepter la politique d'utilisation des cookies de Instagram post. Consultez la Politique de confidentialité de Instagram post pour plus d'informations. Vous pouvez retirer votre consentement à tout moment dans vos paramètres des cookies.

Accepter et afficher le contenu